Quincy

AOC

À l’est de Bourges, en plein cœur de la champagne berrichonne, le vignoble s’étend sur le bord du plateau qui domine la vallée du Cher.
Reconnue comme la première Appellation d’Origine Contrôlée de la région Val de Loire en 1936, Quincy compte aujourd’hui près de 300 hectares répartis sur deux   communes : Quincy et Brinay. 
Les vignes sont plantées sur une terrasse ancienne du Cher, un terroir constitué de sables et de graves, dont les sols légers se réchauffent rapidement sous les rayons du soleil. Cette origine sédimentaire, plus ou moins argileuse, confère aux vins un goût unique où le Sauvignon trouve ici, grâce à ces terroirs exceptionnels, ses plus belles expressions.

11 372 hl

Total de la production en 2016

296 ha

Surface en hectares en 2016

37

Producteurs en 2016

86%

France

14%

Export

Ventes en volume en 2016

Pays

L’histoire du vignoble de Quincy, particulièrement forte en Centre-Loire, serait bimillénaire.
Appelé Quincacius à l’époque, le village serait à l’origine un domaine appartenant à un certain Quintius. De nombreux écrits racontent que les Bituriges Cubi, vaincus par César, possédaient un territoire dont Quincy faisait partie et cultivaient déjà la vigne dès la fin du 1er siècle pour l’apporter ensuite dans la région de Bordeaux.
La découverte d’une importante quantité de pépins de raisins dans les terrains d’alluvions de l’Arnon semble attestée que les habitants des anciennes cités consommaient le raisin qui poussait déjà sur ces terrains de prédilection.
Cité dans la bulle de Callixte II en 1120 puis mentionné dans une donation faite à l’époque mérovingienne au VIIème siècle, Quincy est sans doute l’un des plus vieux vignobles de la région. Le cépage Sauvignon y fut apporté de l’Abbaye des femmes de Beauvoir par les moines de l’Ordre de Citeaux.
Très appréciés par le Duc Jean de Berry ou encore Charles VII, l'excellence reconnue des vins de Quincy leurs confère très tôt le titre de vin noble. 

LE VIGNOBLE

Surface : 296 hectares

Région : Centre-Val de Loire

Département : Cher

2 communes : Quincy et Brinay

Terroirs : 

- Sablo-graveleux sur des formations argileuses. 

- Sableux sur des formations à sables rouges.

- Sablo-limoneux sur des sables argileux ou sur des argiles plus ou moins sableuses. 

LA DÉGUSTATION

Exclusivement produit en blanc, le Quincy affirme sa fraîcheur avec des arômes d’agrumes (pamplemousse, citron…), de buis, et d’acacia. Des notes légèrement mentholées viennent compléter cette palette aromatique riche, qui révèle l’expression subtile et délicate du Sauvignon.

VINIFICATION DES BLANCS

Le pressurage : A leur arrivée au chai, les baies peuvent être triées, foulées ou égrappées (processus optionnels). Les raisins sont ensuite pressés avec la plus grande attention pour respecter au maximum le fruit et pour ne pas extraire les éléments végétaux. L'objectif est d'obtenir le plus possible de jus avec le moins de pression. Pour cela, la majeure partie des caves sont équipées de pressoirs pneumatiques, permettant une extraction douce et régulée. 

Le débourbage : Après le pressurage, le moût (jus) et le marc (parties solides) sont placés dans une cuve. Le moût est généralement débourbé, c'est à dire qu'on le clarifie en le séparant des parties solides (pellicules, pépins, rafles). Cette opération dure habituellement entre 12 et 24 heures, en fonction du type de récolte (manuelle ou mécanique). 

La fermentation alcoolique : Le moût clair obtenu est placé en cuve où la fermentation alcoolique (transformation des sucres en alcool grâce à l'intervention des levures) s’effectue sous une température contrôlée moyenne comprise en 18°C et 22°C. La maîtrise des températures de fermentation a été l’une des évolutions les plus marquantes des 30 dernières années, elle permet des fermentations longues et donne des arômes plus fins et plus intenses. 

L'élevage : A la fin de la fermentation, le vin est laissé sur ses lies fines. Les premières cuvées sont mises en bouteille au printemps après les opérations de clarification et de stabilisation. Les vins plus complexes attendent près d’un an avant l’embouteillage.

Newsletter